Commander un Kbis en anglais

À l’international, vos partenaires commerciaux ne reconnaîtront pas forcément votre extrait Kbis, d’autant plus s’ils ne parlent pas français. Pour que le document original de votre société française soit compréhensible et adapté aux échanges avec des entreprises étrangères, vous devez effectuer une traduction assermentée de Kbis en anglais, une démarche bien particulière que seules certaines personnes peuvent réaliser.

D’autre part, si vous souhaitez mieux connaître une entreprise enregistrée au Royaume-Uni, vous pouvez trouver un système similaire à Infogreffe Kbis sur le site adéquat. Plus de détails ci-dessous.

L’équivalent anglais du Kbis

Avant de revenir sur l’utilisation du Kbis en anglais grâce à un traducteur assermenté, parlons d’abord du système existant en Angleterre pour synthétiser les informations de base d’une entreprise. Celui-ci se nomme “Companies House”, et se rapproche du registre du commerce et des sociétés français. La base de données inclut les sociétés de tout le Royaume-Uni : Écosse, Pays de Galles, Irlande du Nord et Angleterre.

Sur le site officiel, il suffit de taper le nom ou le numéro de l’entité, ou encore le nom du dirigeant afin d’obtenir des renseignements à propos de celle-ci. Tout comme le RCS, le registre anglais ne se limite pas un seul statut juridique : cette liste nationale inclut des “public limited companies”, des “private unlimited companies”, des “charitable incorporated organisations”, etc. Cela ne se calque évidemment pas sur les formes françaises telles que la SARL, la SCI ou l’EURL.

D’une part, tout internaute peut lire gratuitement un certain nombre de détails directement sur le site :

  • numéro d’entreprise,
  • forme juridique,
  • date d’enregistrement,
  • numéro SIC (équivalent de la nomenclature NAF en France),
  • événements notables,
  • identité des dirigeants,
  • etc.

D’autre part, il est possible de recevoir par courrier électronique (à votre adresse email) des synthèses, ce qui ne diffère pas tellement d’un Kbis en anglais. Toutefois, au contraire de ce dernier, la version britannique ne coûte pas une seule livre à son demandeur.

Voilà pour la présentation du fonctionnement chez nos voisins anglais. Sur le territoire français, quelques aspects changent. Lorsqu’une entreprise de l’hexagone souhaite travailler avec un partenaire étranger, il s’avère fréquemment nécessaire d’avoir recours à un service de traduction de son Kbis. Ce dernier représente la fiche d’identité de la structure, en indiquant beaucoup de renseignements semblables à ceux de la “Companies House” anglaise. Attention, vous ne pouvez pas vous adresser à n’importe quel traducteur professionnel. Seule une partie d’entre eux est habilitée à délivrer un document possédant une valeur juridique. La personne en question doit bénéficier d’une assermentation.

La traduction certifiée d’un extrait Kbis en anglais

Avant de traduire un Kbis en anglais, il convient de bien vérifier la nature de l’entreprise concernée. En effet, seules les organisations immatriculées au registre du commerce français disposent de cet extrait, c’est-à-dire les sociétés (commerciales comme civiles) ainsi que les entreprises commerciales (sans personnalité morale). Pour la plupart des associations ou pour les artisans par exemple, aucune fiche Kbis n’est disponible ; par conséquent, sa traduction officielle est impossible.

La démarche d’obtention du Kbis anglais est simple et tient en deux étapes : la commande de l’extrait classique dans la langue de Molière, puis sa retranscription en langue de Shakespeare. Nous ne détaillons pas ici la méthode pour télécharger un Kbis en ligne ou faire une demande au greffe ; ceci est expliqué dans d’autres articles. Il s’agit plutôt de développer la traduction professionnelle de l’acte. Il est important d’employer le terme “professionnelle” : pour utiliser un extrait Kbis en anglais valable, ne vous chargez pas de le traduire vous-même, même si votre niveau est correct ou si vous êtes bilingue. La valeur des documents administratifs ne réside pas dans la qualité de la langue mais dans le statut du traducteur, dit “assermenté”.

L’assermentation est un accord qu’obtient une personne pour accomplir une tâche particulière (une traduction dans le contexte de cet article), après avoir prêté serment auprès d’autorités françaises. Ensuite, le traducteur agréé appose un sceau sur le Kbis, assurant ainsi sa validité à l’international. Comment trouver un traducteur adéquat ? Consultez la liste officielle sur Internet, en sélectionnant votre Cour d’appel.

La notion de traducteur ou d’interprète assermenté ne se retrouve pas uniquement dans l’univers du Kbis. Il faut recourir à ce type de prestataires pour traduire un document tel qu’un extrait de casier judiciaire, un acte de naissance… pour un ou des pays étrangers.

Bien sûr, rien ne vous empêche de vous occuper de la traduction libre du Kbis de votre entreprise en anglais. Néanmoins, sans le sceau du traducteur assermenté, votre collaborateur étranger risque de refuser le document. Évitez toute complication en faisant certifier votre extrait Kbis en anglais via une personne compétente. Nous vous conseillons de commander des devis de traduction auprès de plusieurs experts plutôt que de faire appel au premier venu, car le coût du service peut varier.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d’audience et de vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêt. En savoir plus.