EXTRAIT KBIS sur Internet
Site indépendant des administrations

Les méthodes de financement pour son entreprise

Que vous soyez repreneur ou demandeur d’emploi souhaitant créer son entreprise, l’une des étapes à la création (ou à la reprise), après l’étude de marché et le business plan, est de dresser un plan de financement. L’argent étant le nerf de la guerre, il vous sera en effet impossible de mener à bien votre projet sans capital. Pour vous aider à trouver le financement nécessaire, nous vous détaillons les différentes méthodes de financement parmi lesquelles choisir, en fonction de votre situation financière et de votre projet entrepreneurial.
 

Comment trouver un financement pour créer son entreprise ?

Chaque projet et chaque créateur d’entreprise est différent, c’est pourquoi certaines méthodes de financement seront plus adaptées que d’autres.

En fonction des caractéristiques et objectifs de votre projet mais aussi de votre situation personnelle et financière, vous pouvez opter pour les méthodes de financement suivantes (seules ou combinées) :

  • l’apport personnel, c’est-à-dire un apport en fonds propres ;
     
  • l’apport de capitaux venant de vos proches ;
     
  • le prêt d’honneur ;
     
  • le recours au crowdfunding, c’est-à-dire le financement participatif ;
     
  • la levée de fonds, c’est-à-dire l’entrée d’investisseurs dans votre capital ;
     
  • le microcrédit ;
     
  • le prêt bancaire ;
     
  • ou encore le crédit-bail.

Le paragraphe suivant vous aidera à déterminer quelle est la méthode de financement la mieux adaptée à votre projet de création d’entreprise.
 

Pour quelle méthode de financement opter ?

Toutes les méthodes de financement décrites ne correspondent pas à votre projet. Il va falloir être attentif et évaluer correctement vos besoins en financement afin de ne pas les sous-estimer et tomber dans l’endettement.

Vos prévisions financières

En rédigeant votre business plan, vous avez déjà établi vos prévisions financières :

  • le plan de financement vous permet de confirmer que les capitaux sont suffisants pour lancer le projet ;
     
  • le compte de résultat prévisionnel garantit que les bénéfices couvrent les charges ;
     
  • le seuil de rentabilité pour déterminer les ventes ou prestations minimum à réaliser pour faire face aux charges ;
     
  • le plan de trésorerie pour s’assurer que les recettes peuvent faire face aux dépenses ;
     
  • le plan de financement à 3 ans pour juger de la pérennité de l’entreprise.

Une fois que vous avez défini le montant prévisionnel de vos dépenses et revenus, vous pouvez trouver le financement adéquat à vos besoins.

Les méthodes de financements

Revenons un peu plus en détails sur les méthodes de financement les plus utilisées.

  1. Les fonds propres

Les fonds propres sont les capitaux dont dispose une entreprise. Ils peuvent être apportés par le porteur de projet et ses associés lors d’une création de société ou provenir des bénéfices réalisés.

Lors d’une création d’entreprise, les fonds propres peuvent être constitués de :

  • l’épargne personnelle ;
     
  • l’apport en capitaux de vos proches, appelé également “love money” ;
     
  • l’ARCE, Aide à la Reprise ou à la Création d’Entreprise obtenue auprès de Pôle Emploi et qui permet aux chômeurs de percevoir en capital une partie de leurs allocations chômage (pour y avoir droit, il faut préalablement faire une demande d’ACCRE) ;
     
  • le prêt d’honneur : c’est un crédit à taux zéro qui est généralement destiné à la création ou la reprise d’entreprise, mais qui peut également être demandé pour la réalisation de projets personnels. Le prêt d’honneur est couramment utilisé par les entrepreneurs, car celui-ci a un taux d’intérêt nul et ne demande ni caution, ni  garantie. Il peut être demandé auprès d’Initiative France, du réseau Entreprendre, d’OSEO ou de Pôle Emploi.
  1. Les levées de fonds

Si vous ne possédez pas assez de fonds propres pour une création ou une reprise d’entreprise, une des méthodes de financement est de faire appel à des investisseurs extérieurs (publics ou privés) qui pourront financer votre projet en échange d’une participation au capital. Cela vous permettra d’alimenter les fonds propres et éventuellement d’obtenir un prêt plus important puisque votre capital s’avère gonflé.

  1. Les emprunts

La recherche de financement pour créer une entreprise passe souvent par la case “emprunt”, généralement représentée par les réseaux bancaires et les organismes de microcrédit (comme l’Adie).

Pour décrocher un financement bancaire, présentez un dossier solide car il s'agit là d'une formalité administrative à ne pas prendre à la légère. Mettez en avant les investissements et le stock de démarrage de votre entreprise. Notez que vous devez généralement avoir assez de fonds propres pour couvrir 30 % des besoins financiers de votre projet d’entreprise.

Vous pouvez également vous adresser à Bpifrance, la Banque Publique d’Investissement, pour solliciter un crédit bancaire, surtout si vous souhaitez démarrer une start-up et faire partie des entreprises innovantes.

  1. Le crowdfunding

Financer un projet peut également passer par le financement participatif via une application ou un site dédié. Le crowdfunding comme financement de projets peut prendre différentes formes :

  • le don : dons avec ou sans contrepartie, pré-vente, etc. Il s'agit là d’une option intéressante permettant de tester le marché et voir comment votre produit/service est accueilli ;
     
  • le prêt : il peut être avec ou sans intérêt et permet généralement de financer des dépenses qui ne sont pas prises en compte par les banques ;
     
  • l’investissement : l’intervention du financeur prend la forme d’une prise de participation au capital de votre société. L’investissement peut être en capital, en obligations ou encore en royalties.

Nous vous conseillons également la lecture de notre article sur les aides financières.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d’audience et de vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêt. En savoir plus.